PME - Les trois étapes clés pour lancer une stratégie industrielle gagnante

PME - Les trois étapes clés pour lancer une stratégie industrielle gagnante

Qu’il s’agisse de gagner en productivité, en flexibilité, en image ou encore de démarrer une démarche RSE, la mise en œuvre d’une stratégie industrielle est indispensable pour toute PME. Qu’est-ce qu’une stratégie industrielle et pourquoi est-ce fondamental d’y réfléchir pour faire évoluer votre entreprise ? Georges S.*, expert Production Cokpit, a accepté de répondre à ces questions. Explication détaillée des trois étapes menant à une stratégie industrielle de qualité, garante de réussite pour une PME.

1. Une réflexion préalable indispensable

Selon Georges S., une stratégie industrielle vient rationaliser la mise en route de tout projet. Elle est clé, à la fois dans le développement d’une entreprise et dans la pérennisation de son action. Pour cette raison, avant d’élaborer sa stratégie, il est important de savoir où l’on veut aller et de définir les objectifs que l’on souhaite atteindre. Souhaite-t-on améliorer sa productivité ? Avoir un meilleur service clients ? Améliorer sa qualité-produits ? Devenir la référence sur le marché ?

« Quel que soit l’objectif que l’on se fixe, il est important de s’y tenir pour orienter efficacement sa stratégie ». Pource faire, rien de mieux qu’une réflexion poussée – chronophage, critiqueront certains ; indispensable pour gagner du temps, rétorque Georges S. Bien sûr, les outils sont connus mais ils obligent qui les utilise à se poser les bonnes questions. Revenons donc rapidement sur deux acronymes :

  • SWOT : directement venu des sphères anglo-saxonnes, cet acronyme propose d’interroger plusieurs aspects de l’entreprise.

S pour Strengths (forces) : quels sont les points forts de mon entreprise ?

W pour Weaknesses (faiblesses) : quels sont les points faibles de mon entreprise ?

O pour Opportunities (opportunités) : quel est mon potentiel de développement en fonction du contexte ?

T pour Threats (menaces) : quelles sont les potentielles menaces guettant mon entreprise ?

  • PESTEL : ce second acronyme s’appuie davantage sur l’environnement de l’entreprise.

P pour politique : quel est le contexte politique ? (acteurs politiques enclins à encourager mon activité ?)

E pour économique : quel est le contexte économique ? (forte demande ou demande en baisse ?)

S pour socio-culturel : mon activité est-elle en plein dans la tendance ou pas ?

T pour techniques : quelle est la place des nouvelles technologies dans mon activité ?

E pour environnement : mon entreprise valorise-t-elle son environnement ou non ?

L pour législatif : comment anticiper l’annonce de nouvelles normes et se conformer à ces dernières ?

Des réponses claires à ces questions et la mise en perspective des différents aspects mentionnés ci-dessus constituent les outils incontournables à la mise en place d'une feuille de route claire.

2. L’élaboration d’une feuille de route solide

Cette feuille de route doit comporter tous les éléments nécessaires à la mise en œuvre de la stratégie de votre entreprise et garantir son succès. L’objectif général étant de diminuer les prix de revient, et d’améliorer la compétitivité et l’image de votre entreprise.

Le schéma directeur de la stratégie industrielle comporte 4 aspects.

  • La productivité

Ici, il peut s’agir de diminuer les coûts produits pour attaquer les marchés asiatiques, d’améliorer la productivité en réduisant les cycles de production (en éliminant tous les points morts dans la production par exemple),il peut s’agir de recentrer la production sur un unique produit car c’est celui qui fonctionne le mieux, etc.

Un outil intéressant pour optimiser la productivité est le« Total Production Management »(TPM) : il s’agit de s’appuyer sur un retour d’expérience des employés pour envisager des solutions qui améliorent le quotidien et la productivité.Par exemple, si une machine fonctionne mal et demande beaucoup de maintenance, il sera intéressant de la réparer au plus vite pour ne plus faire perdre de temps quotidiennement aux équipes sur place. La valorisation de ces retours terrain dans la mise en place de mesures concrètes fait la fierté des collaborateurs et les motive.

  • La flexibilité

Améliorer la flexibilité d’une entreprise permet souvent de gagner en efficacité et en productivité. Il peut s’agir d’automatiser certaines tâches, de s’appuyer sur la robotisation ou la cobotisation (partenariat hommes/robots), ou encore de faire appel à la numérisation des informations (ce qui réduit notablement le nombre de documents à remplir ou à faire remplir).

  • La RSE

La Responsabilité Sociale des Entreprises est un point important de la stratégie industrielle. Elle touche à la fois au développement durable et au développement humain. « Mieux une entreprise sera acceptée par son environnement, plus elle aura des chances d’inscrire son action dans la durée ». L’expert donne l’exemple d’une entreprise qui dégageait des odeurs insupportables pour son environnement immédiat. En travaillant sur un procédé visant à éliminer les mauvaises odeurs, cette dernière a amené les riverains à comprendre l’approche et l’action de l’entreprise et les ont acceptées beaucoup plus aisément. Cela nous amène au point suivant.

  • L’image de marque (market image)

Le lobbying est ici la clé. C’est en effet en cultivant une bonne image de sa PME que l’on valorise le mieux son action et ses projets. Bien connaître le maire de la ville où est implantée son entreprise, le préfet, les institutionnels, les députés s’avère à la fois très instructif et très aidant pour tout dirigeant de PME. Cela passe par l’organisation d’événements auxquels on convie des personnalités locales, par la mise en place d’une bonne communication externe… mais également par une bonne communication interne et par une gestion remarquable des ressources humaines. En effet, les collaborateurs d’une PME en sont les premiers promoteurs. Mieux ils se sentiront à leur poste, mieux ils diffuseront l’image de l’entreprise pour laquelle ils travaillent. 

3. Le passage à l’action

« Une fois que la feuille de route est établie, il ne reste plus qu’à passer à l’action »,explique Georges S. Pour ce faire, les rôles doivent être bien distribués.Si la direction pilote selon sa feuille de route, ce sont bien les employés et les acteurs locaux qui lui permettent d’atteindre ses objectifs. Ne pas oublier ce point essentiel permet d’assurer à votre entreprise une bonne santé sur la durée.

Si ce passage à l’action s’avère compliqué, que vous manquiez de temps ou que vous ayez du mal à définir qui fera quoi au sein de votre feuille de route, le recours à un expert soulagera votre charge de travail. D’expérience, Georges S. souligne les vertus d’un accompagnement externe pour les dirigeants de PME. « Je suis là pour challenger la pensée du dirigeant et lui permettre de l’ordonner », explique-t-il. Cette distance, apportée par un tiers, autorise une remise en cause souvent salutaire pour définir clairement la stratégie que l’on souhaite édifier. En fonction des besoins de chaque PME, plusieurs accompagnements sont possibles : une aide à la réflexion stratégique, la mise en place d’une politique RSE ou un accompagnement complet.

Envie d’en savoir plus ? Nos experts Production Cokpit sont prêts à vous accompagner à des tarifs accessibles. Contactez-les sans attendre et retrouvez nos articles PME via notre newsletter.

* Georges S. s’est occupé pendant 40 ans des usines et des hommes dans des secteurs de l’industrie aussi variés que la pharmacie, le nucléaire, le cosmétique ou la chimie, dans des contextes d’expansion industrielle à dimension internationale. Désormais expert Production chez Cokpit, il souhaite faire bénéficier les dirigeants des PME de son expérience et de son expertise. Pour ce faire, il revient aujourd’hui sur l’importance de développer une stratégie industrielle et nous confie quelles sont les étapes à respecter pour l’optimiser.

Autres articles